Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 13:33
CHAT  NOIR

Un chat noir au coin de la rue , un chat gris au coin de la vie.

Qui ronronne au boulevard du Palais, il attend son tour se fait patelin, on l'oublie lui non ,il n'oublie rien.

Il attend son moment où la griffe sauvage viendra déchire son cher ami de toujours, on ne chatie bien que ceux que l'on aime bien.

Politiciens vous qui êtes comme les chats ronronnants et pervers cachant leurs véritables intentions surveillez vos arrières, autant d'amis vous avez aujourd'hui vous détruiront demain d'un coup de gueule rageur.

Repost 0
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 09:58

Le cœur a ses raisons que la raison n'entend pas.

Quand dans ces artères, la circulation bouchonne

que les klaxons se font silencieux laissant insidieusement les voies s’engorger, il faut agir.

Le poids des ans s'accumule il faut se rendre à la raison, perdre est devenu nécessaire pour gagner en espérance de vie.

Fini le temps des joyeuses ripailles, bannies soient assiettes de charcuteries et volailles grasses, le temps est au jeune et a l’ascétisme.

Nous voila rendu devant notre plat de verdure et nos yeux voient de nouveau le chemin des vertes vallées ou coule sans entrave le flot impétueux.

En résumé comme disait si bien une grande ville , un jour piéton :"On a que l'âge de ses artères"

Repost 0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 16:53

Et voila le temps qui se gâte

voici revenu le temps des élections

le paysage politique s'obscurcit

le lourd nuage des affaires noircit

de la vie publique l'horizon.

On n’écoute plus rien ou on écoute trop

Entre mensonges des uns et flagorneries des autres

On se lasse on se fâche, on se tâte

ira t’ont se prêter une fois-de plus a cette mascarade

demain dira ce qu'il en sera.

Repost 0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 10:30

Les trois vœux

Il avait découvert dans les souks une lampe à huile comme celle des contes de mille et une nuit de son enfance.

Il s’était amusé dans le silence de son grand bureau aà l’astiquer jusqu’à ce que le cuivre brille comme de l’or.

Il l’admirait quand une fumée envahit la pièce et un personnage habillé d’une jellalbah et coiffé d’un turban lui apparut.

Le génie car c’était bien lui lui dit :

« tu m’as libéré alors pour te remercier tu peux faire trois vœux et je les exaucerais .

Un peu abasourdi il lui répondit : »

Je voudrais être heureux

Je voudrais rendre les gens heureux

Je voudrais être content de rendre les gens heureux.

Le génie lui répondit : « c’est bien mon fils tu seras un bon Président »

Le génie se retourna et dit en aparté il est fou celui là , il croit pas en plus que je vais tenir mes promesses électorales non ! et il disparut laissant François à es rêves et les Français à leurs cauchemars

Repost 0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 06:56
Le naze

Ce matin je me sentais un peu naze , alors au pif je suis parti en ville me promener , le tarin en l'air je respirais l'air froid de la ville quand je découvris la coquille .

Mes pas me portaient dans l'air glacé vers la Garonne et là je sentis le long de mon radier l'odeur du fleuve monter.

Je me penchais le long du tablier, des pigeons glacés se baignaient avant de s'envoler vers l'arche interdite pendant qu'au loin la Daurade faisait sa belle.

Je me dis aujourd'hui tu as eu du nez de venir ici te promener.

Le naze
Le naze
Le naze
Le naze
Le naze
Le naze
Le naze
Repost 0
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 07:17

Daphnée et la déforestation

La forêt tropicale couvrait la terre de sa protection verdoyante poumon de la terre qui maintenait la fraîcheur des rivières , les fruits exultaient et les fleurs s’ouvraient en honneur de Daphnée qui dansait dans sa clairière tandis que de lianes en lianes dansaient les singes .

Vint l’homme et sa folie , la déforestation gagna comme une plaie , une lèpre qui gagna peu à peu , grignotant par pans la végétation ouvrant des puits de jour ou s’engouffrait jour après jour sans vergogne le regard brûlant d’Apollon .

Daphnée avait peu se protéger de son pagne , la chaleur était trop forte et elle se desséchait tous les jours pour s’enfuir en brume et formait des nuées qui venaient tout détruire sur leur passage .

DAPHNEE ET LA DEFORESTATION
Repost 0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 13:19

D'un petit pas en avant il s'avança

sur un air de projet de réforme des retraites.

La musique se fit discordante et aiguë

blessant ses oreilles.

Il regarda effaré la foule des Français

ceux qui l'avaient élus et alors saluant sa dame

d'un petit pas en arrière il recula..

Mon dieu qu’elle folie se dit il que de vouloir

changer le monde quand on est Président.

Alors passant la main à son maitre de menuet

il le laissa mener la danse et la contredanse.

Repost 0
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 06:03

5162039677_a4f0f1a6c0.jpg

Le cauchemar autoprotestateur de Stella , 1963 mais combien d’actualité .

La vie a passé le monde a-t-il changé .

A l’heure des magouilles , de la transparence qui ne passe pas , des règlements de compte qui émaillent les journées de la cité phocéenne, de la Barjot qui  c'est fait virer se son HLM  de 173 mètres carrés, je veux être  comme Stella je proteste.

Je proteste  contre la main mise de l’état sur les retraites , contre le gaspillage  des fonds de  l’état , contre la fraude aux services sociaux, contre l’usurpation d’identité , contre un  monde à la GOGOL  ou des âmes mortes touchent des retraites dans leur pays d’origine.

Je proteste non contre l’émigration , mais contre les employeurs qui exploitent la misère humaine, les marchands de sommeil .
Notre cauchemar  c’est la prolifération d’escroqueries en tous genres qui gangrenent  notre système social, faux employeurs et faux salariés , dossiers allocataires vendus en Kit près à l’emploi, nouveaux riches  nés sur le terreau du laxisme des états et de la complicité bienveillante des bobos.

L’auto protestation de Stella devrait être pour tous les travailleurs, chômeurs honnêtes, retraités et autres un chant de ralliement .

Combien d’années devront nous payer pour entretenir une population de malhonnêtes qui se veux fière de contourner les lois.

Et je finirais mon propos avant que l’écume de STELLA ne me monte  au cerveau, à consommer avec modération.

Repost 0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 08:07

1091431481_95b714be6e.jpg

 

Vitesse

A peine arrivé que déjà détrôné  la 4 G esr arrivée , nouveauté d’aujourd’hui déjà dépassée demain, nous vivons à la vitesse du son sans plus attendre quoi que ce soit que la dernière trouvaille , le dernier gadget à la mode.

Société consumériste ou il est de bon ton de posséder, alors que le chômage augmente comme la crise qui frappeà toutes le portes.

Je suis comme les autres , je souffre d’impatience , il me faut une réponse à une question dans l’instant , mieux je veux la réponse a avant de la poser .

Parfois je rêve aux mérites de la patience , de la chose attendue , de la décision mûrie , puis je retourne à mes errements , téléphone , internet , énervements  et je cours après des chimères.

Alors quand je veux me précipiter d’un pas pressé , que mes articulations disent non , que mes os craquent et que le corps ne suit plus la tête je me prend à rêver à notre ami LAFONTAINE, qui avait  si bien compris que rien ne sert de courir  il faut partir a point et que la vitesse n’est pas toujours facteur de bonheur ni de réussite.

Repost 0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 09:36

6313119908_147fa78887.jpg

 

La foule s’écoule, bruyante , colorée cosmopolite, elle  envahi les boulevards, les squares, déborde dans les ruelles  grimpe aux arbres et aux luminaires dans un bruit de tonnerre.


Elle crie , reprenant les slogans  des mégaphones et des micros , agitant  des banderoles et des drapeaux ,

 

Les élus font un mur commun, quel est leur bord cela n’a pas d’importance , aujourd’hui droite hier gauche ou l’inverse.


Les vieillards regardent derrière leur carreaux ils ont peur , la foule est dangereuse , la foule en colère peux devenir meurtrière.


D’autres se souviennent , le slogan sous les pavés la plage , Mai 1968, quarante cinq ans déjà et la rue qui s’agite , et les CRS qui s’habillent   d’amures de cuir et de fer , les promeneurs qui deviennent casseurs, les cris les flammes et les chocs de civilisation.


Les valeurs ont changé elles se veulent conservatrices, mais ne  sont que le reflet du ma être d’une civilisation qui se cherche des repères quelle a désespérément perdu.


Et je me souvient , nous sortions de la Fac , peux enclin à la violence, nous avions décidé de  contourner les manifestations qui étaient prévues en ce mois de mai 1968, et de ce fait nous avions pris les petites rues qui jouxtaient la Préfecture.


Au loin on entendait les micros et les chants de revendication , à un moment donné nous étions obligés de traverser   le boulevard  pour rejoindre les ruelles qui nous mèneraient chez nous en toute tranquillité, fort du silence relatif , nous ,nous engageâmes sans crainte.


A notre grand stupeur la rue empruntée qui coupait le boulevard a angle droit nous fit tomber tout droit entre deux factions ennemies .


Assis par terre , masqués par des foulards brandissant  des pancartes , certains armés de barres de fer , les manifestants attendaient  que les CRS massés à une centaine de mètres chargent pour les déloger


Une armée bardée de cuir  sorte de légion précédée de boucliers  faisait face aux manifestants  les matraques à la main.

C’est ainsi que nous traversâmes le boulevard entre ces deux factions sans trop se poser de question , avant de se retrouver quelques  instants plus tard en sécurité dans les rues désertes.


Les revendications ont changé le mal être reste présent et la rue et toujours prête à flamber.

 


Repost 0

Présentation

  • : Nouvelle plume
  • Nouvelle plume
  • : Humeurs humour passion des mots
  • Contact

Recherche

Catégories