Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 11:02

6823449688_b637425368.jpg

 

 

 

A rayon électroménager du super marché , sous la lumière crue des néons d’étranges conversations s’entendaient .

La nuit était  tombée dehors   le magasin était vide de client et les objet inanimés pouvaient enfin souffler , ils ne seraient plus manipulés , regardés  jusqu’à demain matin.

Le four à pain de démonstration poussa un soupir, j’ai eu chaud aujourd’hui dit il ils m’ont beaucoup essayé, et moi donc lui répondit le micro onde en teintant joyeusement , tu as de la chance lui répondit l’autre tu aurais pu faire un four et çà ce n’est pas du gâteau.

Gâteau, gâteau  repris le moule a gaufre ils ne savent même différencier une tarte d’une gaufre  ce qu’ils veulent c’est du multi service , comment voulez vous que je fasse plusieurs choses à la fois.

Dans le coin l’aspirateur dernière génération, un peu fier n’avait pas pris la parole c’était un silencieux  quand  il finit par dire d’un ton mélodramatique , moi ce à quoi j’aspire c’est de devenir nettoyeur a vapeur , ça a plus de panache que diable.

Allez du balais  dit la cocote en fonte depuis que  tu a eu ta notice en Anglais tu te prends pour Schakpeare «  je penses donc j’essuie » être ou ne pas être un aspirateur tout est la question.

Attendez les interpella  le plumeau c’est moi qui a le monopole de la poussière alors pour essuyer c’est mon domaine.

C’est alors  que suite à une vague querelle de saladier les ustensiles  croisèrent le fer qui avait  ses vapeurs depuis qu’il avait croisé la centrale .

Mais dehors le jour commençait à poindre au dessus des verrières , blanchissant les lumières des néons , tout ce petit monde allait reprendre pour un jour cette immobilité qui vous rassure à vous usagers.

Repost 0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 06:47

2888939632_851acef691.jpg

 

Voilà elle est arrivée , nouvelle version d’Abel et Caen, les frères énemis se sont déchirés à belles dents .

Le public attentif se réjouit ils ont tous à y gagner leur adversaire se déchire  s’affaiblissant  il sera bientôt exsangue , à qui profite le crime  me direz vous , l’avenir nous le dira.

Une chose et sure que la gauche mille feuilles aux contours indécis et la droite de Jeanne d’arc  se réjouissent de les voir ferrailler espérant que chacun tombera de son destrier et que la défaite de la famille sera consommée.

De cette déchirure naîtra  telle de nouvelles alliances improbables Roméo, épousera t’il Juliette  ou au contraire Roland  viendra t’il nous sauver d’un son de cor , le voilà à la rescousse , témoin de la déconfiture assistée bien sur .

Repost 0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 06:56

 

 4921722708_0494c5936b.jpg

 

Le mach avait été rude , les coups avaient plu, chacun avait essayé de déstabiliser son adversaire  et puis  dans la dernière ligne droite c’était arrivé , la fracture.

Lâcher la victoire à une encablure avait été dur , c’est vrai que l’adversaire  était bourré et cela avait suffit à faire la différence, tous ses espoirs déçus en un instant fatidique.

Pour autant emplâtré comme il était il ne perdait pas espoir son ambition se réaliserait coûte que coûte , quitte a glisser des peaux de bananes sous les pieds d’argile de son adversaire, on perd un match , mais on rebondit quand même.

Demain , après demain peut être le destin lui amènera la victoire et alors sera oublié définitivement la fracture et il présentera  à son adversaire la facture.

Repost 0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 09:06

5682935077_3f04e4240a.jpgCes pieds ils ne les sentaient plus, le froid sans doute , maintenant c’était ses jambes et puis il se regarda.

 Et il comprit. ses jambes raccourcissaient il se repliait sur lui-même comme une poupée gigogne  ces jambes glissaient sur elles mêmes  sans bruit sans  douleur, comme cela.

Le sol se rapprochait  au fure et à mesure que ses jambes rentraient dans son tronc , puis son bassin rejoint son buste et il continua à rapetisser .

Bientôt ses chevilles atteindraient son cou, il n’avait plus de corps , dans le même temps ses bras s’étaient rétractés , rangés bien proprement dans son buste .

Il y était il sentait la pointe de ses chaussures sous son menton , et tout à coup cela le fit rire  il sentait ses pieds sous son nez.

Encore un effort il allait y arriver , la cheville était passée , le coup de pied suivi , il marchait enfin dans  sa tête.

Alors il entendit le bruit de la résonance de ces pas  entre ses deux oreilles , il sourit doucement  il avait réussi cet exploit  il marchait dans sa tête.

Alors il se mis à explorer  son monde , grimpa sur le lobe droit de son cerveau , puis sur son lobe gauche , il sautait  il courrait même  s’amusant de tout .
Il glissa a pied joint le long de son nez ce qui le fit éternuer  et rire par le même effet.

Il découvrit les lucarnes de ses yeux contemplant le monde  à un autre niveau , il n’était  rien qu’une tête et des pieds et bon dieu que c’était bon . 

Et voilà il s'était assoupi dans l'attente des résultats défintifs , il y avait des contestations chacun pensait avoir gagné la bataille ça le rendait fou .

Il n'aurait peut être pas du continuer la politique son cerveau allait exploser , marcher dans  sa tête autant donner un coup de pied aux urnes.

Repost 0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 07:43

3940978130_c1cf0a163d.jpg

 

 

L’air est doux et humide propice à la flânerie , le vide grenier a envahi la place et les rues avoisinantes.

Au fil des étals on découvre tout un monde fait d’objets hétéroclites , là quelques vieilles vaisselle  côtoie un vieux fusil, des outils dont on a u mal  à savoir à quoi ils servent , des livres des porcelaines  des meubles aussi .

Au fur et à mesure que mes  yeux s’attardent sur l’amoncellement de ces  choses ayant servi un jour à des familles, ont été convoitées , puis achetées puis mis au rebuts , un malaise me prend .

Je ne sais pas ce qui m’arrive  mais je ne vois plus les vendeurs derrière leurs étals , mais des images flashent dans mon cerveau

Je vois un homme dans un champs le fusil à la main qui tire sur des perdrix  qui viennent de fuser d’une haie rougeoyante, j’entend le coup de feu  et puis plus rien.

Mon oeuil a glissé sur l’étalage suivant , des gramophones distribuent au vent une musique  forte et entraînante, tandis que l’aiguille tourne  sur le disque noir, des couples endimanchés  tournent  et virevoltent en cadence.

Je me vois un instant enfant avec mes copains , remonter la manivelle et passer les disques  américains  de jazz en carton réchappés de la dernière  guerre  .

Et un instant plus tard ce sont des couteaux de Nogent  au manche en corne et voici un repas de famille , tout ce monde  bien propre , bien habillé en habits du dimanche autour de la table qui conversent à haute voix devant le rôtis qui fume sur la table recouverte d’une nappe blanche.

Une autre image s’impose à moi sortant du passé comme d’un brouillard , des personnages de Gaston LAGAFFE , sortent  d’une BD entrouverte faisant une farandole entre les bougeoirs de cuivre et la pendule de grand-mère arrêtée sur minuit.

Mon esprit est confus , je suis dans un autre monde les fantômes du passé mis en vente gardent leurs âme et me parlent , souvenirs de chacun éparses soldés au plus offrant pour quelques euros .

J’atteint un peu étourdi les limites de la place , là c’est du linge qui est présenté aux badauds , signe  d’un temps ou la pauvreté oblige a chercher au plus près à vivre décemment .

Repost 0
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 08:55

 

 

5604193476_7d3bd3042d.jpgL’écriture , art difficile parfois douloureux jamais indifférent.

Pourquoi l' homme écrit il sinon pour communiquer mais aussi pour séduire, pour tromper, pour induire  l’autre dans l’erreur.

L’écriture sublime l’idée , transporte les sentiments,apporte la culture mais véhicule comme la langue  d’Esope aussi bien le bien que le mal.

A tous ceux qui par mode ou facilité vont  laisser de côté la lecture et l’écriture se disant ma fois que c’est une chose dépassée , je dis demain vous serez les victimes de ceux qui vont vous manipuler.

Alors jeunes pouces nées à l’heure  de l’informatique des tablettes et de l’audio visuel facile dites  vous que si vous ne lisez pas  c’est votre droit , mais vous faites le jeu de ceux qui veulent vous laisser dans une ignorance qui les arrangent  pour mieux vous manipuler.

Je sais bien que je ne convaincrais que ceux qui aiment l’écrit , mais on peux encore  faire prendre conscience  à ceux qui aujourd’hui boudent l’écrit que c’est aussi nécessaire à leur vie que leur repas quotidien.

 

Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 07:06

 

Je regarde vers l'avant

rendez vous dans cinq ans

 

4706590546_2b43d864e2.jpgOn aimerait le croire , à un mois  de Noël on aimerait le croire c’est sur.

Sous son air de ne pas avoir l’air aurait il compris ce que les autres n’ont pas compris,

Le ciel dans sa grande destinée lui aurait il donné le pouvoir pour sauver la France, ou finira t’il dans l’enfer des désillusions brûlé aux foyers des opinions déçus.

On aimerait pour la France que son dessein deviennent une réalité que son action s’inscrive dans l’histoire comme celle d’un dirigeant éclairé

Combien avant lui nous ont bercé de promesses, jamais tenues pour toujours de très bonnes raisons, alors pourquoi lui détendrait il la vérité .

Laissons lui un instant le crédit de le croire de toute façon droite ou gauche ne ferons pas mieux et ce n’est pas l’extrémiste qui trouveras la solution à nos tracas,

Demain sera ce que nous pourrons , pas forcément ce qu’ils veulent en faire.

Repost 0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 10:50

 

 

 

5734228683_6c3a7b476b.jpgL’automne raccourcit ses jours les feuilles balayées par le vent Jonchent le sol d’un tapis mordoré et glissant , le vent qui était resté doux jusqu'à présent , se met à montrer des dents.

Bientôt l’hiver sera à ma porte, le premier où je pourrais contempler mon jardin en sommeil , le vol des merles cherchant à se cacher dans quelque recoin de toit pour se protéger.

Le petit matin blême se lèvera sans que j’ai besoin de passer cravate et pardessus , ni de me demander si je dois prendre mon parapluie aujourd’hui.

Aujourd’hui et demain mes heures m’appartiennent prendre le temps de divaguer devant son pc , d’écrire quelques textes insipides , n’est pas Boris Vian qui veux , et encore moins Alfred de Musset.

Me voilà bien en train de philosopher sur le temps qui passe et ne se rattrape jamais , du moins peux on le partager.

Enfin vous m’avez compris amis d’écriture , c’est la retraite la vrai, comme disais un jour un naïf candidat aux jeux télévisés le seul état où on est payé à ne rien faire sans a voir de compte à rendre a personne parce que ce droit on l’a gagné et que l’on compte bien en profiter.

Méfions nous de nos gouvernements qui voient d’un mauvais oeil cette France qui vieillit à qui il faut rendre des comptes

Ils nous montrent du doigt en arguant que nous sommes plus riches que ceux qui travaillent , patrimoine oblige.

Des années de labeur et d’économie pour construire nos petits rêves et nous voilà taxés de capitalisme , il faudra les faire payer les bougres , rabaissons leur pouvoir d’achat que diable. Pourtant le nombre parle , il faudra compter avec nous et tondre le mouton ne le rend pas aimable quand l’hiver arrive. On ne tond pas les moutons avant l'hiver si on ne veux pas filer un mauvais coton .

Repost 0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 09:02

3186643427_6bd6bf589d.jpg

 

L’entrepôt est ouvert , caverne d’Ali baba de choses dont on n’a pas besoin mais qui donne l’envie de posséder parce que c’est en solde et que c’est intéressant .

On se prête a imaginer  le salon en cuir , la salle à manger design , la méridienne si confortable , la petite chaise qui ferais si bien dans la chambre , la valse des prix en baisse nous donne le tournis.

La lumière est tamisée , la poussière a déjà en partie recouvert les meubles , on se prête a rêver sur un meuble , on le scrute  ou l’ouvre  on le touche , il serait bien chez nous .

Un peu cher il est vrai mais beaucoup moins que ce qu’il était , on est tenté prêt a craquer, puis viennent les interrogations va-t-il rentrer  où nous pourrions le mettre , va il s’harmoniser avec mon intérieur.

Tout de même à ce prix là on peux s’interroger, on prend les dimensions,  on reviendra c’est promis .

On sort en pleine lumière la réflexion se fait plus précise , on devrait peut être attendre un peu  et s’il y avait des vices cachés , après tout c’est en solde  et rien n’est garanti et puis dans cette pénombre on n’a pas bien vu.

On reviendra c’est sur aux prochaines soldes.

Repost 0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 08:40

2600624758_ce9af4f6a6.jpg

 

Le portail s’est ouvert il est entré d’un pas pesant

Grosse tête blanche à l’air bonasse ,il connaît bien les lieux , il se rappelle comme si c’était hier qu'il était venu.

Il prend la mesure de l’espace , le rempli de son corps puis s’assoit lourdement.

Il n’est pas bavard on n’entend quasiment pas  le son de sa voix , seule sa queue qui remue gaiement  montre l’étendue de son contentement , c’est  un labrador.

Repost 0

Présentation

  • : Nouvelle plume
  • Nouvelle plume
  • : Humeurs humour passion des mots
  • Contact

Recherche

Catégories