Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 09:36

6313119908_147fa78887.jpg

 

La foule s’écoule, bruyante , colorée cosmopolite, elle  envahi les boulevards, les squares, déborde dans les ruelles  grimpe aux arbres et aux luminaires dans un bruit de tonnerre.


Elle crie , reprenant les slogans  des mégaphones et des micros , agitant  des banderoles et des drapeaux ,

 

Les élus font un mur commun, quel est leur bord cela n’a pas d’importance , aujourd’hui droite hier gauche ou l’inverse.


Les vieillards regardent derrière leur carreaux ils ont peur , la foule est dangereuse , la foule en colère peux devenir meurtrière.


D’autres se souviennent , le slogan sous les pavés la plage , Mai 1968, quarante cinq ans déjà et la rue qui s’agite , et les CRS qui s’habillent   d’amures de cuir et de fer , les promeneurs qui deviennent casseurs, les cris les flammes et les chocs de civilisation.


Les valeurs ont changé elles se veulent conservatrices, mais ne  sont que le reflet du ma être d’une civilisation qui se cherche des repères quelle a désespérément perdu.


Et je me souvient , nous sortions de la Fac , peux enclin à la violence, nous avions décidé de  contourner les manifestations qui étaient prévues en ce mois de mai 1968, et de ce fait nous avions pris les petites rues qui jouxtaient la Préfecture.


Au loin on entendait les micros et les chants de revendication , à un moment donné nous étions obligés de traverser   le boulevard  pour rejoindre les ruelles qui nous mèneraient chez nous en toute tranquillité, fort du silence relatif , nous ,nous engageâmes sans crainte.


A notre grand stupeur la rue empruntée qui coupait le boulevard a angle droit nous fit tomber tout droit entre deux factions ennemies .


Assis par terre , masqués par des foulards brandissant  des pancartes , certains armés de barres de fer , les manifestants attendaient  que les CRS massés à une centaine de mètres chargent pour les déloger


Une armée bardée de cuir  sorte de légion précédée de boucliers  faisait face aux manifestants  les matraques à la main.

C’est ainsi que nous traversâmes le boulevard entre ces deux factions sans trop se poser de question , avant de se retrouver quelques  instants plus tard en sécurité dans les rues désertes.


Les revendications ont changé le mal être reste présent et la rue et toujours prête à flamber.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

emma 04/07/2013 18:05

68, quand même a été la reine des révolutions, n'est ce pas ?
je n'ai pas trouvé où écrire que vos gifs sont très chouette !

Mansfield 27/05/2013 18:24

Un témoignage intéressant sur le temps qui passe et ne change pas grand chose!

Présentation

  • : Nouvelle plume
  • Nouvelle plume
  • : Humeurs humour passion des mots
  • Contact

Recherche

Catégories