Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 17:26

couple--21.jpg


Je vais vous confier un secret: la nuit tombée les bancs du square se promènent.
Vous souriez ? vous êtes septiques? et bien vous ne devriez pas , je les ais vu!
Le gardien m'avait raconté que chaque matin il trouvait  les bancs dispersés dans tous les coins, il pensait que de mauvais plaisantins faisaient cela pour l'ennuyer.
Un soir où je sortais mon chien par une nuit noire d'hiver, celui -ci s'agita  à proximité  des grilles du jardin public fermé pour la nuit.
Je m'approchais  pour scruter l'allée  faiblement éclairée par des rares réverbères, quand un spectacle inattendu me pétrifia de surprise.
Les bancs se promenaient, certains  deux par deux  à pas lents, d'autres  en famille , le vieux banc de chêne  et de bronze devant, suivi des autres plus récents  en matériau composite.
Ils allaient  et venaient en riant , se regroupaient  parfois en rond , je reconnus  même les petits bancs des enfants  à leur couleur acidulée qui jouaient sous le regard attendri des bancs  des grands mères en bois  bien usé..
Et ils parlaient dans un brouhaha confus , je distinguais quelques mots , de quoi parlaient- ils  d'après vous? mais de fesses bien sur ! et des potins aussi.
Ils en voyaient des fesses à longueur de journée , des dodues , des serrées , des vieilles  toutes ridées, des jeunes en fleur, des qui auraient mieux  fait d'aller voir ailleurs, des coincées , des maigres et des pointues.
Chaque  banc avait son histoire  et son expérience  à raconter , alors ils devisaient  gaiement  égratig
dame--22.jpgnant  au passage  les porteurs de céans, commentant leurs rencontres, leurs manies critiquant à tous vent , c'était leur moment de bonheur en somme à ces pauvres bancs.
Mon chien s'agita  tout à coup, j'eus peur d'être découvert  et d'être mis au banc, aussi je me retirais  simplement sur la pointe des pieds.
Depuis quand je rentre dans un square  j'ai une autre vision  des bancs , pensez y avant de leur confier  votre postérieur, la nuit  ils vous jugerons peut être
!

business--19.jpg
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 17:58

A chacun sa route , chacun son chemin , c'est ce que répondit un jour dans une autre vie un limaçon qui croisa  un jour de pluie le roi lion.

Celui- ci s'en allait rugissant fier comme Artaban,sautant à grands bonds  de ses puissantes foulées.
Il se moquait  du limaçon  qui se déplaçait lentement .
"Ne te moque pas" lui dit le limaçon , "un jour tu verras je te rendrais raison."

Bien des années  passèrent,  le lion fut capturé , dans un cirque il fut produit  et dans une cage incarcéré.
Alors qu'un jour le cirque se rendait  au village voisin le lion secoué dans sa cage roulante  étroite  entendit une petite voix  lui dire en riant: "  la belle affaire aujourd'hui je vais aussi vite que toi."
Le lion surpris leva sa belle tête et vit le limaçon  accroché aux barreaux de sa cage roulante .
"Je te l'avais bien dit  que je te rendrais raison ".

Il faut parfois  choisir  de prendre  son temps au risque  d'en perdre  tout autant  dans des vaines agitations.

Sans-titre---2.jpg
gif_anime_animaux-lion-cage_0593.gif
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 17:29
telephonxz4i5fu8.gif

"Nous recherchons  votre correspondant  et vous prions de patienter  quelques instants",c'est ainsi qu'il attend et le message revient  accompagné de cette musique insipide .
Et il attend  et le temps  passe, les jours , les mois les années, il attend  de trouver  sa correspondante mais personne ne lui répond.

C'est ainsi qu'après des années d'appels  infructueux , il s'inscrit à "tourner  moulin", et le répondeur lui diffuse gentiment :
"Nous recherchons  votre correspondant  et nous vous prions de patienter  quelques instants", quand exédé  il se prépare une fois  de plus  à raccrocher on lui répond  et le voilà sur le plateau de Télé réalité.

Il est tout émoustillé , il est là sous  les feux des caméras il a gominé ses cheveux, mis ses lunettes neuves il est prêt à trouver enfin sa correspondante.

Les questions  fusent  bêtes à souhait , sous les regards  du public hilare.
Il a passé les éliminatoires , on va bientôt  le présenter , elle est là qui l'attend celle qu'il cherche à joindre depuis longtemps.
Ils se rencontrent  enfin, se parlent , puis reviennent  en scène  et alors c'est le buz final, "désolé  vous n'avez pas été selectionné."
Et le voilà revenu à la case départ , il entend  comme dans un cauchemard la petite phrase  qui lui serine:
"Nous recherchons votre correspondant  et vous prions  de patienter quelques instants."

Alors  il monte sur la chaise  passe le cordon du téléphone  autour de son cou , bouscule la chaise  et pendant que le combiné s'agite  dans le vide la petite voix  lui dit:

"Nous nous efforçons  d'écourter agréablement votre attente."



Partager cet article
Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 07:43
colombe.gif






Dérisoire, illusoire
on peut rêver un jour d'une société
où les hommes respectueux  les uns des autres
arrêterons leurs querelles inutiles
victimes et fiers de l'être ils s'enferment
dans une logique de violence
où l'envie fait perdre la vie.
Quelle issue à cette horreur?
l'homme sera  t-il un jour grand?
ou l'histoire se refait- elle à tout moment
entre espoir et désespoir,
violence et vengeance?
Prions qu'un dieu miséricordieux
mette un jour fin à tout cela
mais ne nous illusionnons pas
il n'est pas encore là,
je n'entends même pas ses pas,
pieds d'argile,
si fragiles
il n'ose avancer
de peur de tout casser,
fragile équilibre
entre violence et indifférence.








Partager cet article
Repost0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 17:25
A reculons
retraite cela veux dire
aussi marche arrière
nous y voici arrivés,
déjà il faut reculer
la société est ainsi faitechaise-bascule_063.gif
de barrières à repousser
pour reconstruire plus tard.
doit on se cramponner
au risque  de voir couler
dans un terrible nauffrage
un système bien éculé?
ou acepter sans tergiverser?
vigilants nous restons,
l'avenir de nos retraites en est le garant
et si la retraite est synonyme  de recul pour l'avenir,
qu'il soit le moins  douloureux qu'il soit.
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 18:09
mur-bizarre2009-040.jpg

Où est l'envers du décor?

cette maison  n'a t'elle pas de corps
mais tout n'est qu'illusion
qu'il y a -t-il derrière le mur?
chacun voit ce qu'il veut

de l'univers selon ses voeux.
on connaissait les clochers murs
on a aussi les maisons murs
.
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 17:53
insectes-chenille-46.gif

Une chenille verte et une larve de hanneton doré  se partageaient  l'habitat d'un beau choux vert.
Ils avaient creusé  leurs galeries  dans le coeur tendre du choux qui les protégeaient  de ses feuilles des regards .
Un jour que Madame Chenille vaquait à ses occupations, Monsieur Hanneton  s'en vint lui dire  comment gérer sa maison.
Madame Chenille fut contrariée  par  cette intrusion  dans sa vie privée , l'envoya bien vite promener.
Monsieur Hanneton vexé par cette rebuffade se mit à creuser en tous sens  pour lui montrer  comment il fallait agencer  son appartement .
Madame Chenille pas en reste fit de même à l'opposé.

Quelques jours plus tard  les chantiers bien avancés , le choux pommé avait pris  des allures  de gruyère .
Un merle moqueur vint se percher sur le choux ainsi troué, d'un coup de bec goba
 Madame Chenille  et d'un autre  Monsieur Hanneton .

"Restons chez  nous " dit le puceron  à sa compagne " et ne nous mêlons jamais  de nos voisines  les fourmis  au risque  un jour d'être sévèrement punies  comme le furent nos amis  la chenille  et le hanneton ."

Si chacun voit midi à sa fenêtre, il ne doit pas essayer d'imposer son heure aux autres.





 
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 17:02
Loin de soi
l'esprit vagabonde,
loin du cercle de fer
il fait sa ronde,
pendant que l'autre
enserrant le crâne
casque d'un autre âge
fait sa  loi,
seule ressource au monde
pour sortir de l'enfer:
la fuite des mots.
Papillons de misère
peu à peu se libèrent,
on revient dans la lumière
enfin l'étau se déserre.
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 16:49
Fin de nos certitudes
il ne reste  que l'incertitude,
hier nous étions pauvres parfois
aujourd'hui disparus sous les gravats
ajoutant à notre souffrance.
Nous n'avons plus de toit,
chaque survivant  recherche ses proches,
chaque retrouvaille est un miracle
et la terre tremble toujours sous nos pas.
Ailleurs loin de nous un fait divers de plus
on s'apitoie  certes, on envoie  de l'aide  bien sur
puis on s'empresse d'oublier
pour garder nos certitudes;
ça ne devait pas arriver,
mais l'homme ne peut pas tout maîtriser.
Au delà des paroles et des écrits,
rendons hommage à un peuple fier
et à ceux qui risquent leur vie
pour sauver  ce qui reste encore en vie,
parcequ'au delà des frontières
tant qu'il y aura  de la solidarité,
il reste l'espoir en l'avenir de l 'homme
alors ne les oubliez  pas ils sont seuls abandonnés
plus pauvres aujourd'ui qu'hier.
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 16:42
On a tenté  de baillonner
l'expression de la vérité
ces actions  doivent être condamnées
on ne saurait nous imposer
au delà de nos croyances
on ne peux interdire par la violence
la prise de conscience
d'un besoin vital d'évoluer
aux esprits obscurs et retardés
opposons  simplement la clarté
Partager cet article
Repost0