Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 06:11

RivesaltesCamp

 

De mes années de pension à Espira de l'Agly, me reste un souvenir précis, celui  du camp de Harkis de Rivesaltes,

Nous arrivions  en gare de Rivesaltes après un court Week end à la maison et nous nous partagions les frais de taxi pour rejoindre le pensionnat   d'Espira de l'Agly que nous avions  nommés le bagne.

Sur la route nous longions le camp de Harkis e Rivesaltes qui nous faisait un peu peur, des rouleaux de barbelés et des murs d'enceinte flanqués de miradors donnaient à ce camp dont personne ne nous avait expliqué ce qu'il en était  un air de camp de concentration tels qu'avaient connu  les heures les plus sombres de notre histoire.

Il a fallu que les  années passent que la réhabilitation de la mémoire des Harkis se face pour que je comprenne ce qu'était ce camp.

Prisonniers de la bétise humaine ceux qui ont vécu là pendant des années ont subi bien plus que ce que  nous vivions  dans ce pensionnat que nous appelions  le bagne qui lui au moins n'avaiet pas les piquants des barbelés qui l'entourait.

Si nous vivions dans un monde en noir et blanc plein de tristesse comme l'a fort bien analysé un ancien élève du pensionant d e Sainte Marie des Anges , ces hommes et ses femmes reclus entre des

barrières de barbelés ont certainement vécus l'enfer dans la plus grande indifférence de tous.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jeanne Fadosi 08/04/2013 16:43

Témoignage précieux que ce parallèle entre la pesanteur toute relative du pensionnat et le silence fait sur cette vie si proche de vous, si ignominieusement malmenée dans le silence de ceux qui
savaient et l'ignorance de ceux à qui l'on commençaient tout juste à parler des camps de concentration d'Allemagne et de Pologne

Présentation

  • : Nouvelle plume
  • Nouvelle plume
  • : Humeurs humour passion des mots
  • Contact

Recherche

Catégories